Synthèse 2018
Synthèse 2018 Voir la synthèse 2018
Les ménages dans l'Espace transfrontalier genevois
Les ménages dans l'Espace transfrontalier genevois Voir la Fiche 2 2018
Transactions et prix de l'immobilier dans la zone d'influence genevoise
Synthèse 2017 Voir la Fiche 1 2018
Pour commander les publications de l'OST, veuillez vous rendre sur le site de l'Office cantonal de la statistique.

Dernières publications

18.02.2019. Projections du nombre de ménages privés de l'Espace transfrontalier genevois de 2020 à 2040
En 2040, selon les différents scénarios retenus, l’Espace transfrontalier genevois (composé du canton de Genève, du district de Nyon et de la zone d’emploi du Genevois français) abritera entre 540 300 et 575 600 ménages privés, soit respectivement 28 % et 36 % de plus qu’en 2015. La majorité des ménages supplémentaires attendus d’ici à 2040 sera composée de personnes vivant seules et de couples sans enfant. Selon les scénarios, ces deux types de ménages constitueront entre 69 % et 78 % de l’augmentation.

En termes absolus, la hausse du nombre des ménages privés la plus importante sera enregistrée dans le Genevois français de la Haute-Savoie (entre + 48 900 et + 69 700 ménages). En termes relatifs, c’est dans le Genevois français de l’Ain que la croissance sera la plus forte (comprise entre + 41 % et + 62 % en 2040 par rapport à 2015).

La publication de ces premiers résultats anticipe la sortie d'une fiche de l'Observatoire statistique transfrontalier qui étudiera les futurs possibles concernant l’évolution des ménages privés de l'Espace transfrontalier genevois jusqu’en 2040. Son contenu approfondira notamment l’évolution du nombre de ménages selon leur taille et leur type.

Les projections de ménages portent sur les ménages privés de la population résidante de l’Espace transfrontalier genevois, à savoir les groupes de personnes vivant dans le même logement ou les personnes vivant seules. Ne sont pas compris ici les ménages collectifs, soit les groupes de personnes vivant dans une collectivité (établissement médico-social, internat, pension, prison, etc.).

29.11.2018. Synthèse 2018 : dans l’Espace transfrontalier genevois, la construction de logements est au plus haut
Début 2015, l’Espace transfrontalier genevois abrite 988 900 habitants. Depuis 1999, sa population augmente régulièrement, au rythme de 1,6 % par an en moyenne. C’est une croissance démographique très dynamique au regard de celle observée en Suisse (+ 0,9 %) et en France métropolitaine (+ 0,6 %).

En 2017, l’activité dans la construction de logements dans l’Espace transfrontalier est au plus haut. L’augmentation des mises en chantier est vive dans le Genevois français. La production de logements est surtout très dynamique dans le canton de Genève. Un peu plus de 2 600 constructions y ont démarré en 2017, contre 1 500 en moyenne au cours des années 2000 à 2016. Le nombre de logements en cours de construction fin 2017 y atteint un niveau jamais enregistré depuis 1989.

17.10.2018. Les ménages dans l'Espace transfrontalier genevois
Au cours des quinze dernières années, le nombre de ménages a augmenté très fortement dans l’Espace transfrontalier genevois, et notamment dans la partie française du territoire, sous l’effet de la pression démographique. Les foyers d’une ou deux personnes contribuent pour 62 % à la hausse du nombre de ménages. La taille moyenne des ménages régresse dans le Genevois français pour atteindre 2,3 personnes en 2014, tandis qu’elle s’accroît depuis 2000 dans la partie suisse de l’Espace. Dans le canton de Genève, quatre ménages sur dix sont composés de personnes seules. La propension à vivre seul aux différents âges de la vie est dans l’ensemble comparable de part et d’autre de la frontière. En revanche, la situation diffère pour les 20-34 ans. Le coût élevé du logement et la poursuite d’études plus longues côté suisse se traduisent notamment par la décohabitation plus tardive des jeunes.